Évaluation de la dépendance d’une personne âgée

Cette évaluation aura pour but de donner les moyens d’analyse et de mesure dans une situation complexe. Ce regroupement d’informations caractéristiques et la transformation d’éléments qualitatifs en valeurs quantitatives, associée à des facteurs de pondération, produiront un résultat concis qui rendra compte de l’ensemble de la réalité. Cette simplicité de résultat autorisera alors, la communication avec une perte minimum d’information.

Quels sont les buts exacts de cette évaluation ?

Évaluer la personne âgée. Cette évaluation tendra à viser les déficiences et les incapacités de cette personne. Telle : L’évaluation de la marche permettra de repérer les troubles de l’équilibre et de la coordination.

D’une manière générale, cette évaluation va permettre à l’équipe de soins de :

  • Repérer les déficiences et incapacités qui retentissent sur l’environnement.
  • D’établir un plan de soins destinés à limiter le handicap.
  • De communiquer avec d’autres acteurs de la santé.
  • De suivre une même personne en évaluant son incapacité au cours du temps.

Évaluer la charge en soins. L’organisation des soins nécessite une adaptation à la dépendance de la personne soignée. L’évaluation infirmière mesurera le temps passé par les soignants sur une personne, ou plus largement sur un groupe de personnes au sein d’une unité fonctionnelle, d’un service ou d’un établissement. De plus, les gestes consommateurs de temps comme les aides à la toilette ou à l’alimentation seront alors privilégiés.

Évaluer le coût de la dépendance. Cette dépendance va automatiquement engendrer un coût direct en aide technique, relativement aisé à évaluer. Par contre, l’évaluation des coûts indirects sera plus complexe à apprécier. Telles : le retentissement de la dépendance sur les familles, celle des aides humaines qui impliquera des aidants naturels ou des acteurs sociaux. Cette difficulté augmentera avec la multiplicité des financeurs. Certains coûts étant à la charge de l’assurance maladie, d’autres par l’État. Tandis que les coûts sociaux seront à la charge de la personne âgée ou de sa famille (obligation légale) et à défaut des collectivités locales, selon les pays.

Chaque compagnie d’assurances selon les pays de résidence ont à leur disposition des grilles, en voici à titre d’exemple celle-ci :

http://www.bing.com/videos/search?q=evalutaion+d%C3%A9pendance+personne+%C3%A2g%C3%A9e&qs=n&form=QBLH&scope=video&pq=evalutaion+d%C3%A9pendance+personne+%C3%A2g%C3%A9e&sc=0-14&sp=-1&sk=&cvid=c4ec4ea5db244284b0db39460930254c#view=detail&mid=2DF6906FB0DC13075A3F2DF6906FB0DC13075A3F

Évaluer la dépendance dans une population à domicile. Il s’agit de la démarche visant à la répartition des moyens financiers et humains dans une organisation sanitaire efficiente. L’analyse des causes de dépendance sur une population utilise des outils d’évaluation centrés sur des pathologies pourvoyeuses d’un nombre important de sujets dépendants. Ces outils devront pouvoir dépister rapidement et à grande échelle des signes associés ou prédictifs de ces pathologies. L’appréciation des moyens sociaux mis à la disposition des personnes âgées et l’évaluation de celles-ci en institutions, représente une autre cible des enquêtes à l’échelle de la population.

Validation d’un instrument d’évaluation. Les deux principales qualités recherchées pour un outil d’évaluation seront sa validité et sa reproductibilité. Un instrument, pour qu’il soit valide, doit être de mesurer réellement ce qu’il est sensé mesurer. Une grille validée ne doit pas être modifiée, ni panachée avec une autre. Il est indispensable qu’une grille soit utilisée en respectant les règles de recueil des différentes variables et les consignes des résultats. En résumé, une grille d’évaluation de la dépendance ne peut servir qu’à évaluer la dépendance et non autre chose.

Choix des instruments d’évaluation de la dépendance. Lors d’une évaluation de la dépendance, les instruments validés seront choisis en fonction de la qualité de leur validation et du but de celle-ci. La détermination des capacités d’un individu pour les gestes courants relatifs au corps serviront à connaître les besoins en soins corporels, habillement, toilette, transfert, continence et alimentation. Cette grille simple et rapide à renseigner est bien validée, et même considérée comme une référence dans la littérature internationale. De plus, cette grille prédit fortement le pronostic en termes de morbi-mortalité. Lors de l’évaluation de la dépendance chez des sujets âgés vivant à leur domicile, il deviendra nécessaire d’évaluer les activités courantes qui nécessiteront l’évaluation des activités courantes nécessitant une utilisation des fonctions cognitives dites instrumentales. Ces activités ainsi évaluées détermineront donc la capacité d’utiliser le téléphone, faire des courses, préparer un repas, faire le ménage, laver du linge, faire un voyage, prendre des transports urbains, prendre un traitement médicamenteux et gérer un budget personnel. Cette échelle fait référence, et il convient de souligner que le sujet évalue lui-même ses capacités. Il faudra, néanmoins, envisager une vérification auprès des proches, voire une mise en situation, un test (utilisation du téléphone, préparation de médicaments) permettant ainsi de dépister les premiers troubles des fonctions exécutives, parfois les premiers signes d’une démence régénératrice de type Alzheimer.

Appartement personnes âgées