La location de chapiteau marquise

Sur le marché, il existe plusieurs modèles de chapiteau qui ont tous chacun leurs propres caractéristiques et avantages. Dans cet article, on va voir un peu ce que c’est un chapiteau marquise : ses avantages et son utilisation. Quand est-ce qu’on peut l’utiliser ? Est-il adapté pour tous évènements ? Explication.

Chapiteau marquise : tout simplement performant !

Le chapiteau marquise est caractérisé par son toit pointu, avec un design à la fois élégant et chic. Solide et fiable, sa toiture est dotée d’une double courbe très esthétique qui permet de le stabiliser en cas de vent. Les chapiteaux marquise sont très pratiques : il est en effet possible de les assembler afin d’obtenir une seule marquise. De ce fait, la location de ce type de chapiteau est une excellente idée si on n’arrive pas à trouver une solution adaptée à l’envergure de l’évènement. Par exemple, pour les grandes festivités on assemble des petits modèles pour obtenir un seule bloc et donc un grand espace. De plus, le chapiteau marquise peut s’adapter à tous types de terrain, on peut ainsi créer une longueur et une forme en fonction de la forme de soin emplacement. Quelle que soit l’envergure de l’évènement, le chapiteau marquise est toujours adapté. Pratique non ?

Entre autres, l’aménagement d’un chapiteau marquise ne nécessite pas de gros travaux : en effet, pas besoin de faire le cordage puisque le mât intérieur est soutenu par des câbles ce qui donne un intérieur plus dégagé et spacieux. Mais ce n’est pas tout ! Ce type de chapiteau est également modulable avec une grande possibilité de personnalisation selon le goût de chacun. Mais encore, il peut être utilisé à toutes les saisons : pour les jours de pluie, il n’y a rien à s’inquiéter ! Car grâce à son système de gouttière performant, le chapiteau ne laisse pas l’eau pénétrer. Et pour les beaux jours, il possible de fermer ou d’ouvrir les rideaux de côté selon la température à l’intérieur.

Chapiteau marquise pour tous évènements !

La location de chapiteau est une bonne solution si on souhaite célébrer un évènement autrement. Comme on vient de voir en haut, le chapiteau marquise fait partie des tentes les plus modulables et polyvalentes : il offre en effet une multitude de possibilités (personnalisation, emplacement…). Quel que soit le type d’évènement, il est possible de le personnaliser en fonction du thème de l’évènement. On peut notamment utiliser le chapiteau marquise pour les évènements suivants :

  • Soirée privé : pour les anniversaires ou les évènements familiaux, le chapiteau marquise est idéal pour passer des moments inoubliables avec les proches ;
  • Mariage : pour les mariages en plein air, le chapiteau marquise est une bonne option, car il est très élégant et peut être personnalisé en fonction du thème ;
  • Foires commerciales/kiosques promotionnels : le structure de ce type de chapiteau permet une multitude de possibilités pour accrocher des bannières. De plus, il est très facile à monter et démonter ;
  • Événement corporatif : de par son élégance, le chapiteau marquise offre une excellente visibilité dans le cadre d’un événement corporatif.

Mais il pourra également servir pour les évènements d’entreprise, les journées portes ouvertes, les manifestations sportives… et plein d’autres encore !

Pour la location de chapiteau marquise à Québec, il faut se rendre auprès des entreprises spécialisées au Québec comme qui proposent une large gamme de chapiteaux, ainsi que des conseils pertinents sur les meilleurs emplacements, installations… Le tout à un prix très accessible !

http://locationdechapiteaux.com/

Formation du personnel en maison de retraite

De toute évidence, il faut bien reconnaître que de nos jours, on vit de plus en plus longtemps.

Nous devrions nous en réjouir, bien entendu, mais cela ne doit pas nous faire oublier que ces dernières années de vie vont engendrer de nouvelles prestations à prévoir. Celles de ne plus pouvoir vivre seul chez soi, quand la famille ne peut pas ou ne veut pas assumer cette charge. Ou éventuellement avoir opté pour une incorporation dans une résidence pour personnes âgées.

Mais qu’elle que soit la solution adoptée, faut-il encore pouvoir bénéficier des meilleures capacités d’accueil d’accompagnement et de soin d’un personnel  parfaitement satisfaisant. Si l’on devait occulter les inquiétantes images de maltraitance ou en sens contraire  un excès d’optimisme, on ne doit pas oublier que ce saut dans l’inconnu est bien  la création d’une nouvelle communauté humaine.

Si auparavant, les établissements gérontologiques pouvaient être considérés comme des mouroirs, des hospices, aujourd’hui la réalité de la vie en résidence pour personnes âgées ne correspond plus à cette image. Cependant, la gérontologie reste, parfois, le parent pauvre du système médico-social. Les résidents en maisons de retraite ne bénéficient pas encore d’une qualité de vie digne de ce nom.

Il existe pourtant des formations bien spécifiques dispensées par des écoles spécialisées qui forment toute la panoplie d’un personnel nécessaire pour assurer le bien-être des résidents en maisons de retraite pour personnes âgées. A titre d’information, voici une petite vidéo :

Voulez-vous découvrir le personnel d’une maison de retraite ?

Au cours d’une visite dans une maison de retraite, outre une discussion avec la direction, il serait préférable de mieux appréhender le personnel qui la compose, celle-ci constituant une véritable équipe.

Une équipe où chacun d’entre eux a bien un rôle bien spécifique et souvent généralement méconnu par le commun des mortels.

Voici un petit tour d’horizon d’une équipe des professionnels au service des personnes âgées :

  • La direction de l’établissement. Le rôle de « chef d’orchestre » est dévolu à son directeur. Il a la responsabilité de l’ensemble du personnel sous ses ordres et est le garant du bon fonctionnement de la résidence qu’il dirige. Il assure le budget, l’approvisionnement, les relations avec les familles en visite. C’est le véritable fédérateur pour renforcer la solidarité de son équipe au service des résidents et de leur famille.
  • L’équipe soignante. C’est un médecin qui a la responsabilité de l’équipe soignante. Son objectif est la prise en charge gériatrique optimale des résidents qui lui sont confiés. Il doit parfaitement déterminer les priorités des soins internes, mais également ceux pratiqués par des prestataires de soins externes à l’établissement. Il a également la responsabilité des dépenses de santé et doit assurer une formation gériatrique continue du personnel sous ses ordres.
  • L’équipe d’accueil et d’hébergement. Très souvent, les maisons de retraite ont un responsable de l’hébergement et de la vie sociale. En coordination avec le directeur, il assure la responsabilité de l’hébergement, du confort des résidents et du niveau des prestations hôtelières (chambre, linge, alimentation, animation). Cette équipe est principalement composée d’un cuisinier, d’un responsable technique veillant au bon fonctionnement des installations, d’agents des services hôteliers en charge de l’entretien des locaux, des chambres et des espaces communs. Enfin une animatrice chargée de créer une vie sociale au sein de l’établissement. Son rôle est très important pour assurer le bien-être des résidents.
  • Les intervenants extérieurs. En plus d’une équipe interne présente en permanence, il y a aussi une multitude d’intervenants externes du domaine socio-médical. Pour n’en citer que quelques-uns, il y a : les kinésithérapeutes ou physiothérapeutes, médecins généralistes ou spécialistes, psychologue, manucure, pédicure, coiffeur etc. Ou encore des ateliers d’animations (musique, peinture par exemple)

Journée d’une aide-soignante ?

Comment se déroule leur journée ? Quels sont les moments clés et comment répondre, au mieux, aux besoins des résidents d’une maison de retraite.

  • Huit heures. Si pour la plupart des résidents, c’est le bruit des charriots dans les couloirs qui annoncent le signal imminent du petit-déjeuner, pour le personnel c’est le moment d’aider les plus dépendants pour les alimenter, effectuer la toilette.
  • Vie quotidienne. C’est en fonction du degré de dépendance des résidents que le personnel devra assurer tout ce qui se passe dans une vie quotidienne, comme se changer, se déplacer, se lever, se coucher, manger, boire etc. Très proches des résidents, les aides-soignantes sont celles qui sont à l’écoute, à l’observation.
  • Quinze heures. C’est à ce moment-là, celui du repos des résidents, que l’heure est venue pour la transmission quotidienne, celle de l’état de santé des résidents. Les aides-soignantes connaissant bien les résidents sont à même de déceler des changements de comportements qui ont leur importance du point de vue médical. 
  • Dix-sept heures. C’est la répétition des différentes charges de la matinée, soit les repas et ensuite le coucher des résidents.

Pour tout savoir sur le personnel de la Résidence du 1313 Chomedeyhttp://residencepourainesalaval.wordpress.com/

Cigarette électronique et loi antitabac

Si le monde médical regarde avec bienveillance l’arrivée et le développement exponentiel du vapotage, le législateur, sans doute poussé par l’industrie du tabac, cherche à limiter son expansion, cette constatation n’est pas liée à un pays spécifique, elle est bien réelle dans tous les pays dits « développés ».

Voir l’émission Allo Docteur :

Pour les médecins, peu importe le pays ou le continent sur lequel ils exercent, la e-cigarette permet à leurs patients malades et aux fumeurs en général, de remplacer le tabac dont la combustion est nocive pour l’organisme humain, par une vapeur sans grand risque qui peut même apporter la dose de nicotine nécessaire à l’organisme dépendant. En effet, même si les analystes manquent de recul pour certifier leurs études sur le vapotage, il est évident que les produits qui entrent dans la composition du e-liquide (propylène glycol et glycérine largement utilisés dans les domaines pharmaceutique et alimentaire et arômes), n’attaquent pas le système respiratoire humain comme le font le goudron, l’arsenic, le plomb, le benzène et la nitrosamine qui se dégagent du tabac en combustion dans la cigarette traditionnelle.

Cependant, dans de nombreux pays, le législateur met en place un cadre de lois et des réglementations destinées à limiter, voire à interdire, l’utilisation de la cigarette électronique. Ainsi en France le dernier plan « anti tabac » qui vient de voir le jour à l’initiative de Marisol Touraine, ministre de la santé, se compose de mesures drastiques visant la cigarette, mais aussi d’interdits similaires visant la e-cigarette. Par exemple il devient tout aussi illégale de fumer une cigarette traditionnelle qu’une cigarette électronique dans les lieux publics tels les établissements accueillant des mineurs, les espaces clos collectifs de travail, les transports en commun, les hall de gare, etc.). De plus la publicité pour les cigarettes électroniques vient d’être limitée et il est même prévu qu’elle soit totalement et définitivement interdite, comme c’est le cas pour le tabac, à partir de mai 2016, sauf sur les lieux de vente et dans les revues professionnelles destinées au monde du tabac et du vapotage.

Le docteur Alain Rigaud, directeur du centre d’addictologie médico-psychologique de Reims, s’est récemment exprimé pour affirmer que, s’il est favorable à une hausse du prix des paquets de cigarettes pour dissuader les fumeurs et à une interdiction de fumer en présence d’enfants, dans les lieux publics, dans les bureaux et au travail, etc., il pense que la cigarette électronique « dont les risques sont mille fois moins élevés que ceux de la cigarette avec du tabac » devrait être reconnue comme « ayant un rôle à jouer dans la lutte contre le tabagisme ».

La France est loin d’être le seul pays qui impose des restrictions à l’utilisation de la cigarette électronique : l’Espagne a une politique similaire à celle de la France ; aux USA, même si la législation est différente selon les états, la vente aux mineurs est interdite ; c’est aussi le cas en Grèce, en Croatie, en Roumanie. En Italie et en Allemagne l’approche est diamétralement opposée car l’e-cigarette relève de la législation sur les médicaments et ne peut donc être mise en vente que dans les pharmacies (bien entendu on peut toujours s’en procurer sur internet, un marché pratiquement incontrôlable). En Suisse, en Belgique, au Canada, , au Québec, en Australie et dans les pays scandinaves, seule la cigarette électronique contenant de la nicotine est interdite à la vente.  Mais il existe des législations beaucoup plus drastiques comme en Argentine, au Brésil ou encore ou Mexique, où le simple fait de posséder un vapoteur est sanctionné d’une lourde amende. Enfin quelques pays, comme la Pologne, la Grande-Bretagne ou le Portugal, n’ont aucune réglementation sur la question, mis à part le fait d’en interdire la vente aux mineurs.

La cigarette électronique est encore un produit presque « inclassable » mais qui dérange visiblement et divise sur son utilisation et les conséquences de celle-ci. Pour les consommateurs, il faut avant tout choisir une boutique de cigarette électronique fiable au Québec : http://www.boutique-cigarettes-electroniques.com