Cours d’espagnol à Montréal

Cours d’espagnol à Montréal

L’anglais n’est pas la première langue plus parlée dans le Monde contrairement aux idées reçues, en effet on estime qu’il y a près de 1,4 milliard de personnes qui échangent en Mandarin sur notre planète et approximativement 1,175 millions d’homme et de femmes qui savent communiquer en anglais. Et l’espagnol parvient à talonner l’anglais avec près de 1 150 millions d’adeptes. Seriez-vous le ou la prochaine à en faire partie ? Nous allons en tout cas vous énoncer les avantages à apprendre l’espagnol !

Un atout pour voyager dans les meilleures conditions

Premièrement, si vous séjournez prochainement en Europe ou si vous avez déjà prévu d’aller visiter la péninsule ibérique lors de vos vacances, ce sera beaucoup simple en maîtrisant cette langue qu’on appelle aussi le castillan. Ce pays a tellement d’atouts qu’il serait dommage de ne pas les découvrir si vous êtes un passionné de voyage. A Barcelone, difficile de rester insensible devant de la Palais de la Musique Catalane et les joyaux architecturaux du quartier Gothique. A Madrid, les attractions touristiques sont légion, à l’instar du Musée du Prado et du Parc du Retiro. Vous vivrez également des émotions inoubliables en séjournant dans l’une des nombreuses stations balnéaires qui jalonnent le littoral. Et pour faire de belles rencontres ou programmer une activité nautique, il vous sera forcément profitable de vous exprimer en espagnol ! Si vous êtes davantage séduit par l’idée d’aller explorer le reste du continent américain que l’Europe, vous n’aurez aucune difficulté à demander votre chemin ou faire des emplettes à l’occasion de votre prochain voyage. En effet, l’espagnol est la langue maternelle du Mexique, du Pérou, de l’Uruguay, du Costa Rica, du Chili, du Venezuela ou encore de la République Dominicaine pour ne citer que ces pays. Enfin, vous prendrez sans doute rapidement du plaisir à visionner des films en espagnol, peut-être même en vous aidant de sous titres en version originale pour vous aider à progresser rapidement.

L’apprentissage de l’espagnol pour évoluer sur le plan professionnel

Vous maîtrisez l’anglais de base mais aimeriez valoriser votre CV avec une langue supplémentaire ? L’espagnol est la langue romane la plus parlée, elle est donc très répandue dans le domaine professionnel. Forcément, vous aurez beaucoup plus de facilités à obtenir des entretiens d’embauche si vous savez vous exprimer dans cette langue, quel que soit le poste visé. Bien entendu, l’apprentissage du castillan n’est pas seulement profitable aux hommes et aux femmes qui projettent d’exercer une profession en Espagne, ou sur le continent américain dans l’un des pays que nous avons cités dans le premier paragraphe. Vous êtes en effet susceptible de communiquer avec des collaborateurs d’une filiale ou des prospects dans le cadre de votre travail actuel. Les opportunités sont forcément plus nombreuses si vous avez des velléités d’expansion au-delà du territoire canadien. Il s’agira peut être même d’un avantage comparatif vis à vis de vos concurrents qui sont susceptibles de réussir davantage au Québec et dans les autres provinces qu’à l’étranger.

La proximité linguistique avec le français

Comme le français, l’espagnol fait partie des langues romanes. Son apprentissage ne s’apparente pas bien entendu à un jeu d’enfant, dit autrement vous ne deviendrez pas bilingue en quelques semaines et vous ne pourrez pas vous exprimer très librement avec une personne dont c’est la langue maternelle après avoir suivi quelques enseignements. Néanmoins, elle est suffisamment proche du français de par sa construction syntaxique et son vocabulaire pour observer rapidement des progrès et en tirer satisfaction. Vous n’abdiquerez sans doute pas non plus en découvrant que la concordance des temps et la conjugaison des temps demeurent assez complexe, ce sont des particularités qu’on retrouve aussi dans la langue française.

Cours d’espagnol à Montréal

Évaluation de la dépendance d’une personne âgée

Cette évaluation aura pour but de donner les moyens d’analyse et de mesure dans une situation complexe. Ce regroupement d’informations caractéristiques et la transformation d’éléments qualitatifs en valeurs quantitatives, associée à des facteurs de pondération, produiront un résultat concis qui rendra compte de l’ensemble de la réalité. Cette simplicité de résultat autorisera alors, la communication avec une perte minimum d’information.

Quels sont les buts exacts de cette évaluation ?

Évaluer la personne âgée. Cette évaluation tendra à viser les déficiences et les incapacités de cette personne. Telle : L’évaluation de la marche permettra de repérer les troubles de l’équilibre et de la coordination.

D’une manière générale, cette évaluation va permettre à l’équipe de soins de :

  • Repérer les déficiences et incapacités qui retentissent sur l’environnement.
  • D’établir un plan de soins destinés à limiter le handicap.
  • De communiquer avec d’autres acteurs de la santé.
  • De suivre une même personne en évaluant son incapacité au cours du temps.

Évaluer la charge en soins. L’organisation des soins nécessite une adaptation à la dépendance de la personne soignée. L’évaluation infirmière mesurera le temps passé par les soignants sur une personne, ou plus largement sur un groupe de personnes au sein d’une unité fonctionnelle, d’un service ou d’un établissement. De plus, les gestes consommateurs de temps comme les aides à la toilette ou à l’alimentation seront alors privilégiés.

Évaluer le coût de la dépendance. Cette dépendance va automatiquement engendrer un coût direct en aide technique, relativement aisé à évaluer. Par contre, l’évaluation des coûts indirects sera plus complexe à apprécier. Telles : le retentissement de la dépendance sur les familles, celle des aides humaines qui impliquera des aidants naturels ou des acteurs sociaux. Cette difficulté augmentera avec la multiplicité des financeurs. Certains coûts étant à la charge de l’assurance maladie, d’autres par l’État. Tandis que les coûts sociaux seront à la charge de la personne âgée ou de sa famille (obligation légale) et à défaut des collectivités locales, selon les pays.

Chaque compagnie d’assurances selon les pays de résidence ont à leur disposition des grilles, en voici à titre d’exemple celle-ci :

http://www.bing.com/videos/search?q=evalutaion+d%C3%A9pendance+personne+%C3%A2g%C3%A9e&qs=n&form=QBLH&scope=video&pq=evalutaion+d%C3%A9pendance+personne+%C3%A2g%C3%A9e&sc=0-14&sp=-1&sk=&cvid=c4ec4ea5db244284b0db39460930254c#view=detail&mid=2DF6906FB0DC13075A3F2DF6906FB0DC13075A3F

Évaluer la dépendance dans une population à domicile. Il s’agit de la démarche visant à la répartition des moyens financiers et humains dans une organisation sanitaire efficiente. L’analyse des causes de dépendance sur une population utilise des outils d’évaluation centrés sur des pathologies pourvoyeuses d’un nombre important de sujets dépendants. Ces outils devront pouvoir dépister rapidement et à grande échelle des signes associés ou prédictifs de ces pathologies. L’appréciation des moyens sociaux mis à la disposition des personnes âgées et l’évaluation de celles-ci en institutions, représente une autre cible des enquêtes à l’échelle de la population.

Validation d’un instrument d’évaluation. Les deux principales qualités recherchées pour un outil d’évaluation seront sa validité et sa reproductibilité. Un instrument, pour qu’il soit valide, doit être de mesurer réellement ce qu’il est sensé mesurer. Une grille validée ne doit pas être modifiée, ni panachée avec une autre. Il est indispensable qu’une grille soit utilisée en respectant les règles de recueil des différentes variables et les consignes des résultats. En résumé, une grille d’évaluation de la dépendance ne peut servir qu’à évaluer la dépendance et non autre chose.

Choix des instruments d’évaluation de la dépendance. Lors d’une évaluation de la dépendance, les instruments validés seront choisis en fonction de la qualité de leur validation et du but de celle-ci. La détermination des capacités d’un individu pour les gestes courants relatifs au corps serviront à connaître les besoins en soins corporels, habillement, toilette, transfert, continence et alimentation. Cette grille simple et rapide à renseigner est bien validée, et même considérée comme une référence dans la littérature internationale. De plus, cette grille prédit fortement le pronostic en termes de morbi-mortalité. Lors de l’évaluation de la dépendance chez des sujets âgés vivant à leur domicile, il deviendra nécessaire d’évaluer les activités courantes qui nécessiteront l’évaluation des activités courantes nécessitant une utilisation des fonctions cognitives dites instrumentales. Ces activités ainsi évaluées détermineront donc la capacité d’utiliser le téléphone, faire des courses, préparer un repas, faire le ménage, laver du linge, faire un voyage, prendre des transports urbains, prendre un traitement médicamenteux et gérer un budget personnel. Cette échelle fait référence, et il convient de souligner que le sujet évalue lui-même ses capacités. Il faudra, néanmoins, envisager une vérification auprès des proches, voire une mise en situation, un test (utilisation du téléphone, préparation de médicaments) permettant ainsi de dépister les premiers troubles des fonctions exécutives, parfois les premiers signes d’une démence régénératrice de type Alzheimer.

Appartement personnes âgées

 

Tentez l’expérience d’un chef à domicile

Tentez l’expérience d’un chef à domicile

Service de chef à domicile
Service de chef à domicile

Avez-vous tenté l’expérience de faire venir un chef chez vous quand vous recevez des amis ou de la famille? S’offrir les services d’un traiteur est désormais à la portée de tous. Petite soirée entre amis ou grande réunion familiale, faire venir un chez à domicile présente énormément d’avantages.

  1. Recevoir chez soi. Un des avantages incontestables de faire venir un chef à domicile chez soi est le fait de se sentir à l’aise avec son ambiance personnelle, sa musique, sa décoration. Quoi de mieux qu’être à la maison pour savourer de bons plats entre amis ou en famille. Pas de va-et-vient incessant de serveurs, ou de table voisine collée ou trop bruyante. Être dans une ambiance familière, à la maison, permet de mettre tout le monde à l’aise immédiatement.
  1. Des plats savoureux à coup sûr. Faire venir un chef enlève un poids considérable sur les épaules de l’hôte. Le succès sera au rendez-vous, soit pour un plat audacieux et original, soit pour un plat traditionnel revisité que les convives apprécieront. Le chef à domicile à l’habitude des délais et de la pression en cuisine, il ne risque pas de rater son plat ou de le servir trop tard.C’est un professionnel qui se charge de tout servir à temps.
  1. Harmonie des saveurs. Quoi de mieux pour réussir son repas qu’un professionnel reconnu qui connait l’harmonie des mets et des vins. Avec un chef à la maison vous ne risquez pas de vous tromper. L’expert culinaire saura vous conseiller la bonne bouteille qui se mariera parfaitement avec votre plat, au grand bonheur de vos invités.
  1. Astuces de chef. Un des avantages d’engager un chef à domicile pour une soirée est que vous côtoyez le temps d’une soirée un expert qui partagera avec vous ses astuces, techniques et bons trucs à savoir et à réutiliser plus tard. Sans compter que vous pourrez admirer des plats savoureux préparés sous vos yeux.
  1. Expérience originale. Quoi de plus surprenant pour vos amis et votre famille que d’assister et même de participer à cette expérience originale d’avoir un chef à la maison. Ils seront certainement agréablement surpris de voir qu’un chef s’applique à leurs préparer des mets savoureux qu’ils dégusteront dans une ambiance amicale et détendue.

Il ne tient qu’à vous de faire profiter à vos proches une expérience culinaire inoubliable. Quel que soit votre budget, contactez Évasion gourmande pour poser vos questions concernant le service de chef à domicile.

Méthode pour roulette: théorie de Marigny

La Théorie de Marigny soutient le fait que les numéros sont interdépendants les uns des autres. Un numéro, par rapport à un autre, n’est plus aussi libre que s’il était autonome. D’autre part, chaque numéro obéit à des probabilités qui correspondent aux lois de la nature, estime Marigny de Grilleau. Sa théorie se fonde sur 2 éléments prépondérants. Le 1er est appelé carnet personnel, un outil qui permet la recherche du gain. Le carnet personnel établit un rapport entre passé et présent, mais met en doute la fiabilité des permanences authentiques. Le concept de Marigny est très fidèlement représenté par un proverbe du mathématicien, qui n’est autre que « l’écart est la règle, l’équilibre l’exception ». Cette dernière nous conduit d’ailleurs à la notion d’écart, 2e élément de la Théorie de Marigny. Elle stipule que plus on répète une action, moins les occasions d’obtenir un équilibre parfait sont probables. L’hypothèse selon laquelle il y ait 50 % de chances qu’une pièce tombe sur pile ou face est donc illusoire selon Marigny.

Les atouts et inconvénients de cette méthode

Le carnet personnel permet d’apporter une vision clairvoyante du jeu de roulette et propose une nouvelle approche. Seule l’expérience et le vécu du parieur comptent : étant donné qu’on ne peut pas parier sur toutes les tables de roulette qui existent, on ne peut non plus se souvenir des numéros joués sur chaque table, leurs données laissent le parieur indifférent. La Théorie de Marigny est donc bien indiquée pour ceux qui aiment prendre leur temps pendant le jeu et naviguer de table en table. Lorsque vous aurez intégré cette notion de carnet personnel, votre vision de la roulette sera encore plus naturelle et votre approche qui en découlera sera plus saine.

Les travaux de Marigny certifient que l’écart est limité dans le temps et dans sa violence. D’une part, il est très difficile de le juger dans l’avenir et d’autre part, l’écart est presque toujours contenu. Marigny révèle par ce biais qu’il faut toujours parier la tendance à la roulette. Dans le cas contraire, les pertes financières pourraient être très importantes ! C’est pour cette raison que le parieur doit apprendre à se familiariser avec l’écart. Pour se faire, le parieur peut tenter de calculer ces écarts en prenant en compte l’ensemble des figures de la roulette (rouge, noir, pair, impair, manque et passe), ce que l’on appelle le plus souvent les chances simple double. La formule pour calculer l’écart est la suivante : différence entre les figures divisée (:) par la racine carrée (√) du nombre total de ballottages.

La Théorie de Marigny en quelques mots

  • La Théorie de Marigny met en exergue les principes du mathématicien : carnet personnel (rapport passé / présent et permanences authentiques) et calcul des écarts.
  • La Théorie de Marigny conteste les probabilités ordinaires et se base sur l’expérience du parieur.
  • La Théorie de Marigny permet de calculer l’écart. On peut ensuite l’attaquer directement dans une salle de jeux.

Pour d’autres méthodes de roulettes en ligne

Guide d’achat : sèche-serviette mural

L’usage d’un sèche-serviette dans la salle de bains offre deux avantages : il permet de porter des serviettes de toilette sèches tout en réchauffant la salle de bains. Comment choisir son appareil? e sèche-serviette est composé de barres pour l’étendage des serviettes et d’un corps de chauffe. On retrouve dans les magasins spécialisés, plusieurs modèles et types de sèches-serviettes.

Les modèles de sèche-serviettes. En fonction de leurs installations et de leurs fonctionnements, on distingue plusieurs types de sèche-serviettes :

Les sèche-serviettes soufflants : ils se mettent très rapidement en marche, ce qui entraine une chauffe rapidement des serviettes et de la salle de bains. Néanmoins, le défaut de ce modèle, est qu’il est bruyant.

Le sèche-serviette à eau chaude : encore appelé sèches-serviettes à fluide caloporteur, il est un modèle très plébiscité, du fait de ses performances et de son usage économique. Par ailleurs, Il est raccordé au chauffage central du logement sans lequel il ne pourrait fonctionner.

Le sèche-serviette mixte : comme un sèche-serviette à eau, il est relié au chauffage central, mais il peut fonctionner indépendamment de celui-ci à partir de ses raccords électriques. C’est un appareil extrêmement pratique.

Le sèche-serviette rayonnant : il chauffe rapidement les serviettes. Mais, il a du mal à chauffer la salle de bains, lorsque le rayonnement de la façade est obstrué par les serviettes. Il faut penser à enlever les serviettes une fois séchées, pour espérer chauffer la salle de bains.

Les différents types de sèche-serviettes

  • Les sèche-serviettes muraux
    Les dimensions d’un sèche-serviette mural, lui permettent de se hisser dans les petits espaces. Il est fixe dans la majorité des cas et permet de réchauffer l’air ambiant de la salle de bains.
  • Les sèche-serviettes pivotants
    Du fait de leur mobilité, on peut les ouvrir à gauche comme à droite. Lorsque ceux-ci sont équipés de panneaux rayonnants, l’acquéreur peut être sûr de pouvoir doubler la surface de chauffe et de séchage.
  • Les sèche-serviettes design
    En plus de pouvoir chauffer les serviettes et les espaces, la variété de ses matériaux et la beauté de ses designs, font de lui un appareil adéquat pour la décoration.

Installation sèche-serviette

Il n’y a pas matière à plaisanter pour l’installation électrique dans les zones à eau. Comme pour tout appareil de ce type, il est indispensable d’installer son sèche-serviette en respectant toutes les normes de sécurité, précisément les distances minimales entre les zones à eau et l’appareil.

D’après la norme électrique NF C, 15 – 100, un système de chauffage de classe 1 qui doit être raccordé à la terre ne doit pas être installé à moins de 60 cm d’une baignoire, d’une vasque ou d’un lavabo. Cet espace de sécurité correspond à la zone 3.

Par ailleurs, un système de chauffage de classe 2 est dispensé de mise à la terre. Ses matériaux électriques sont dotés d’une double isolation. Les appareils de cette classe peuvent êtres installés dans la zone 2. Cette zone se trouve proche du lavabo, du receveur de douche,

… Toutefois, les appareils doivent être protégés des projections d’eau.

Pour tout savoir sur le chauffage

Cigarette électronique

Petite révolution dans le monde du tabac, la cigarette électronique ou « e-cigarette » peut avoir la même forme, le même goût et produire les mêmes sensations qu’une cigarette normale. Cependant, ce n’est pas de la fumée mais de la vapeur qu’elle produit, et elle est inodore. Selon différentes recherches et points de vue médicaux on la dit moins nocive que la cigarette traditionnelle, et plus à même d’aider au sevrage du tabac.

Il existe plusieurs critères pour bien choisir sa cigarette électronique. Le choix de cette dernière est assez personnel car cela va dépendre du mode de vie de la personne, du nombre de quantité de cigarettes fumées par jour, de la marque fumée ou encore de la motivation à arrêter ou pas de fumer. En effet, de nombreuses personnes commencent à fumer la e-cigarette dans l’espoir que leur consommation de cigarettes traditionnelles va diminuer – ce qui est généralement le cas.

Ainsi, une personne qui à l’habitude de fumer plus d’un paquet par jour va plutôt adopter une grosse e-cigarette (on ne s’arrêtera pas sur leur design car ce sont celles qui ressemblent le moins à des cigarettes traditionnelles, due au fait qu’elles ont besoin d’une grosse batterie), qui aura ainsi une haute autonomie et permettra de concevoir beaucoup de vapeur.

Une personne qui n’est pas capable de recharger sa cigarette plusieurs fois par jour (à l’aide d’un chargeur à mettre sur une prise allume-cigare dans une voiture par exemple), prendra également ce style de e-cigarette. Dans ces cas là il est aussi intéressant d’acheter plusieurs batteries (manuelles ou automatiques) et plusieurs e-liquide.

Quelqu’un qui fume seulement quelques cigarettes par jour adoptera davantage une e-cigarette jetable ou bien plus petite que les autres.

Pour le e-liquide, le choix est assez important et personnel. Cela dépend si vous préférez qu’il y ait de la nicotine dans votre e-cigarette, ou si vous préférez un goût plus particulier (menthe fraîche, café, fruits rouge, fruits exotiques, miel…). Chaque e-liquide est également différent en termes de puissance dans la gorge et de volume de vapeur. Ainsi, ceux qui rechercheront vraiment la puissance de la nicotine comme dans une cigarette traditionnelle, se tourneront surtout vers du e-liquide mentholé ou très poivré, ou bien ceux contenant le plus de nicotine. Demandez conseils à votre boutique de cigarette électronique.

Pour les personnes qui ne veulent pas du tout de nicotine mais qui recherchent tout de même la même sensation assez forte d’une cigarette traditionnelle dans la gorge, elles peuvent prendre le e-liquide « Flash ».

Au niveau de la nicotine, le fumeur va donc pouvoir choisir lui-même la quantité qu’il veut qu’il y ait dans sa cigarette électronique. Il peut y avoir autant zéro nicotine que des doses faibles, moyennes, élevées ou très élevées. Chaque fumeur est différent et à son besoin de nicotine propre, il est donc important de faire attention au surdosage car cela peut entraîner des étourdissements, des troubles du sommeil, ou encore des maux de tête. Commencer par un dosage faible ou moyen en nicotine serait peut-être la meilleure solution, pour ensuite augmenter si vous le souhaiter.

Lorsque l’on commence la cigarette électronique on veut tout le temps « vapoter » dessus, mais faites-le doucement et avec modération, n’oubliez pas de boire beaucoup d’eau et de faire du sport.

Pour une boutique de cigarettes électroniques au Québec, visitez le http://www.boutique-cigarettes-electroniques.com/

Permis classe 1 et école de camion

Conduire un véhicule léger et un véhicule poids lourd sont deux choses très différentes tant au niveau de la technique qu’au niveau du Code de la route. Quel permis doit-on obtenir pour pouvoir conduire un camion et quelles sont les démarches à suivre ? Réponses dans cet article.

Les véhicules concernés

En matière de véhicule de type poids lourds, on a souvent la combinaison de porteurs-remorqueurs et de remorques routières d’environ 4500 kg ou plus. On retrouve également les semi-caravanes avec freins à air comprimé. Les autobus ne sont pas concernés. Ce sont globalement des tracteurs routiers ou des camions tirant une remorque ou une semi-remorque. Il est toujours équipé d’une sellette d’attelage.

Le permis de classe 1

L’obtention du permis de classe 1 permet au détenteur de conduire toutes sortes de types de véhicules : ceux des classes 1, 3, 5, 8 et 9. Le futur conducteur de poids lourds doit ainsi réunir certaines conditions. En effet, il doit avoir plus de vingt-cinq ans et posséder un permis de classe 5 depuis plus de trois ans. Les suspensions et les révocations sont à bannir et un certificat médical satisfaisant est indispensable. Les différents examens de la S.A.A.Q ou Société d’Assurance Automobile du Québec doivent être concluants. Il s’agit de l’examen de la vue attestant que la personne répond ou non aux normes de vision. Il y a aussi des examens écrits sur le fonctionnement des freins à air comprimé. Enfin, le candidat devra faire des examens pratiques de conduite routière d’un véhicule de classe 1.

Comment obtenir le permis classe 1 ?

Avec les conditions remplies citées ci-dessus, les inscriptions sont ouvertes aux candidats pour les cours de conduite camion permis classe 1. Tout d’abord, les candidats suivent des heures de cours théoriques sous la tutelle des instructeurs de l’école de camion. Certains cours se font sur place, d’autres en ligne. Il est important d’apprendre les règles de la circulation dans le Guide de la route et les techniques de conduite dans le guide « Conduire un véhicule lourd ».

S’ils réussissent les examens, ils obtiennent le permis d’apprenti conducteur. Après les théories, les candidats sont conviés à l’observation. Le moniteur exécute et explique les vérifications du véhicule avant le départ. Les apprentis seront alors amenés à reproduire la même démarche. C’est après que le gros du travail débute. Les candidats se mettent derrière l’imposant volant du véhicule. Pour plus de confiance, ils passent des heures à conduire sur l’autoroute et en ville. L’examen final de la S.A.A.Q les attend par la suite.

Mentions F ou mention M ?

Chacune de ces mentions est spécifique à un véhicule lourd. La mention F désigne un véhicule équipé d’un système de freinage pneumatique. Pour l’avoir, il vous faut réussir l’examen théorique relatif à cette dernière. Il est également nécessaire de vous présenter à l’examen pratique et de le réussir avec ce type de véhicule. La mention M désigne ceux qui sont munis d’une transmission manuelle. Pour l’obtenir, la démarche est sensiblement la même.

Les procédures à suivre pour l’obtention du permis de classe 1 sont longues et minutieuses. Ceci dit, cela permet de garantir une sécurité routière optimale. Les conditions sont également strictes. Cependant, sans cela, les missions du conducteur de poids lourds ne peuvent espérer arriver à leur terme.

Trouvez une école de camion fiable icihttp://www.permisclasse1.com

Facebook: plateforme collaborative pour entreprises

Il n’est pas concevable de nos jours, au-delà d’un effet de mode, de ne pas être présent sur Facebook. C’est une quasi nécessité pour de nombreuses marques et entreprises.

Mais au-delà de ce constat « Être sur Facebook « pour être vu et profiter de son audience phénoménale, la question se pose comment y aller et surtout quels bénéfices allons-nous en retirer.

Voilà des décennies qu’on nous rabâche de nous convertir à la “social media mania” des réseaux sociaux indispensable pour communiquer et trouver de nouveaux clients.

Facebook est devenue parmi les sites sociaux, la plateforme incontournable, l’eldorado pour les grandes marques de l’utiliser pour promouvoir leurs produits, via les fan-pages. Il n’est pas nécessaire d’être une multinationale pour avoir sa page Facebook ! Leur création est gratuite et même les PME et les particuliers peuvent communiquer sur Facebook.

Aujourd’hui Facebook a dépassé les 500 millions de membres, soit l’équivalent de la population de la Communauté Européenne.

En France, 19 millions de personnes ont leur page Facebook, soit près d’un internaute sur deux, inscrits sur ce réseau. Il serait même prouvé qu’il serait le site le plus visité, dépassant ainsi le moteur de recherche Google.

Faut-il encore bien déterminer les principales raisons d’être présent sur Facebook. En voici quelques-unes :

  • Créer votre visibilité. L’idéal pour débuter sa présence sur le web. Des services de création de page Facebook professionnelle existent et sont peu dispendieux.
  • Améliorer votre référencement. Une présence régulière ne pourra qu’améliorer votre page dans les moteurs de recherche.
  • Améliorer vos ventes. Vous pourrez toucher une plus large audience, trouver de nouveaux clients, réaliser des ventes en ligne.
  • Effectuer votre veille. Au moyen d’un sondage sur les conversations et les groupes, vous saurez ce qui se dit sur vous, vos marques, vos concurrents.
  • Affiner votre stratégie. Un moyen simple de réaliser des sondages d’opinion, des mini-enquêtes afin de mieux cibler votre activité.
  • Collaborer avec vos utilisateurs. Soit récolter leurs avis, leurs suggestions ou même échanger des projets.
  • Maîtriser votre communication. Et pour cela, créer vous-même votre groupe afin de mieux gérer votre image.
  • Imposer votre expertise. En intervenant dans des groupes Facebook liés à votre activité.
  • Améliorer votre relation client. C’est être à l’écoute directe de vos clients, accepter leurs critiques qui donnera de vous une image ouverte et transparente.
  • Contrôler vos situations de crise. Personne n’est jamais à l’abri d’un « bad buzz «, de rumeurs négatives qui risquent de se propager sur la toile à une vitesse fulgurante. Facebook vous permettra de réagir plus rapidement et de communiquer à la source de cette attaque à votre encontre.
  • Fédérer votre communauté. L’animation d’un espace d’échange et de partage d’informations fidélisera davantage vos utilisateurs. Vous gagnerez en popularité et vos clients seront fiers d’appartenir à votre “tribu”.
  • Impliquer vos collaborateurs. Comme ils sont nombreux à utiliser eux aussi Facebook, de les mettre en contact avec vos clients va les responsabiliser et les valoriser.

La création d’une page Facebook doit répondre à plusieurs objectifs. Les objectifs les plus courants seraient :

  • De recruter sur Facebook. Au moyen d’une page entièrement dédiée au RH (Ressources humaines) qui peut constituer un important carrefour de recrutement. Il faut pourtant savoir que Facebook n’est pas orienté vers les relations professionnelles, alors que LinkedIn ou Viadeo sont les plus recommandés.
  • De faire de la publicité. Par la diffusion d’informations sur votre activité, sur les produits que vous voulez vendre. L’idéal est parfois de créer deux pages, l’une commerciale et l’autre institutionnelle.
  • De savoir diffuser des informations. C’est-à-dire de l’animer régulièrement, proposer du contenu aux membres de votre page, vos fans. D’écrire des articles de publier des liens vers vos sites.

Et s’il fallait résumer l’intégralité des recommandations ci-dessus indiquées, on pourrait écrire qu’il est préférable de faire partie de la catégorie des web entrepreneurs que dans celle des has been. Pour avoir accès à des formations Facebook: http://www.formationsfacebook.com

Méthode pour roulette en ligne

Avec la crise, les casinos français peinent à trouver des clients. Suite à ce constat, l’Etat a finalement accepté d’offrir à ceux-ci quelques contreparties, principalement pour faire revenir les clients dans les casinos. Pour ne citer que quelques-unes de celles-ci, les casinos peuvent maintenant aménager les horaires d’ouverture de leurs différentes tables, de manière à pouvoir mieux gérer les gains et empêcher quelques mauvaises surprises.

Les jeux comme la roulette, le baccarat, le poker ou encore le blackjack sont concernés. L’Etat a aussi accepté que les casinos enrichissent leur offre en terme de nombre de jeux. Ainsi, certains nouveaux jeux ont fait leur apparition. Parmi eux, le jeu de bataille (Casino War en anglais), qui peine à trouver son public, mais surtout la roulette électronique, qui a très rapidement attiré beaucoup de monde, de telle façon que les casinos s’y intéresse maintenant beaucoup.

Mais avant tout, qu’est ce que la roulette électronique?

Tout d’abord, une roulette en ligne est une roulette, moins humaine certes, mais toujours une roulette. Elle n’a besoin d’aucun croupier pour la faire fonctionner, puisque le fonctionnement est entièrement automatisé. La roulette est située sous une cloche de verre au milieu de la table. Comme dans les roulettes traditionnelles, le nombre de joueurs autour de la table peut varier. Cependant, ce qui change c’est que chaque joueur possède un petit écran tactile, qu’il utilise pour placer ses mises. Les annonces des résultats comme le traditionnel “Faites vos jeux” ne sont plus prononcés par le croupier mais par une voix préenregistrée. La question du hasard se pose alors : comment est-il recréé ? En fait, un logiciel informatique va permettre de varier l’intensité du souffle servant à propulser la balle, ce qui permettra à cette dernière de ne jamais tourner à la même vitesse. Aucun moyen de tricher donc.

Pourquoi intéresse-t-elle les joueurs à ce point ?

À première vue, on remarque le manque de chaleur de la roulette électronique.  Comparée à une roulette traditionnelle, le jeu est beaucoup moins humain, les joueurs isolés. Cependant, la roulette électronique a séduit un grand nombre de personnes. La principale raison est que les joueurs occasionnels, qui représentent la majorité des joueurs dans un casino, préfèrent cette roulette car elle leur permet de prendre la partie en cours mais aussi de la quitter à tout moment, et ce sans avoir à affronter les regards des autres joueurs et du croupier. Les joueurs débutants n’étant pas très à l’aise devant un public, ils privilégient la roulette électronique pour son côté anonyme, leur permettant d’être sur que personne de portera de jugement sur leur jeu.

Vous l’avez vu, la roulette électronique a de beaux jours devant elle. Les plus grands casinos français l’ont adopté, du groupe Partouche aux casinos Barrière. Ne tardez surtout pas à l’essayer si vous avez peur des jugements concernant votre jeu, une machine ne juge pas !

Vuus pouvez aussi vous entraîner grâce à des méthodes de roulette en ligne. Voir le site de roulette http://methodepourroulette.com ou une illustration en vidéo ci-dessous:

La cigarette électronique : amie ou ennemie de la lutte anti-tabac ?

Le recours à la cigarette électronique est en pleine progression chez les 13 millions de fumeurs que compte la France. On estime que 1,5 million de Français ont déjà essayé cette alternative au tabac, ce qui se traduit par un impact sensible sur les ventes de tabac et de traitements d’aide à l’arrêt du tabac, comme les patchs ou la gomme à mâcher.

Le Haut Conseil de la santé publique (HCSP) a rendu public, le mercredi 28 mai, un avis très attendu sur la pratique du « vapotage », c’est à dire l’action de consommer de la nicotine grâce à une cigarette électronique.

Le Conseil a ainsi admis que la e-cigarette est une véritable alternative au tabac. À ce titre, elle peut être considérée comme un outil efficace pour un fumeur qui souhaite réduire sa consommation de cigarette classique. Cette pratique expose moins l’individu à des substances dangereuses comme les goudrons et les autres produits toxiques présents dans le tabac. D’un avis unanime, la cigarette électronique présente des risques moins grands que le tabac qui tue environ 75 000 personnes chaque année en France.

Pour le moment, rien ne prouve que la cigarette électronique conduit à l’arrêt du tabac. En effet, la majorité des « vapoteurs » utilisent alternativement la cigarette classique et la cigarette électronique. Dans ce cas, l’impact sur la morbidité de cette nouvelle solution est faible. On comprend que le HCSP se montre très prudent sur le sujet, tandis que l’Association indépendante des utilisateurs de la cigarette électronique déclare à l’inverse que 75 % des membres de son forum en ligne envisagent d’arrêter définitivement le tabac. De nombreux sondages viennent étayer les témoignages en faveur de la pratique du vapotage.

A contrario, le HCSP met en garde sur l’utilisation de la cigarette électronique comme porte d’entrée vers le tabagisme. Il y aurait en effet un risque de normalisation de la consommation de nicotine via une pratique en apparence moins violente pour l’organisme. De fait, l’industrie du tabac étudie en profondeur les intérêts commerciaux liés à au nouvel usage qu’est le vapotage et se positionne déjà sur ce produit.

Le HCSP préconise, entre autres, d’observer périodiquement les modes de consommation et de sevrage pour éviter que la pratique du tabagisme n’évolue plutôt qu’elle ne disparaisse. Il invite ainsi à proscrire l’usage de la cigarette électronique dans les établissements publics, et à inscrire l’interdiction du vapotage dans leur règlement intérieur. Le ministère de la santé, sous l’impulsion de la ministre Marisol Touraine,  va prochainement établir un cadre réglementaire en termes de publicité, de taxation, de restrictions de vente aux mineurs, etc. À New York, depuis le 29 avril, la cigarette électronique est bannie des lieux publics, restaurants, parcs, à l’instar des cigarettes et du tabac. Le mercredi 30 avril, Marisol Touraine, s’est dite favorable à l’interdiction de la cigarette électronique dans « certains lieux publics » en France.

On le voit, entre outil permettant de réduire les risques pour la santé ou porte d’entrée vers la tabagisme, le débat sur la cigarette électronique n’est pas encore tranché.

Pour vous procurer des cigarettes électroniques, du e-liquides et ou des conseils au Québec visitez http://www.boutique-cigarettes-electroniques.com