Formation du personnel en maison de retraite

De toute évidence, il faut bien reconnaître que de nos jours, on vit de plus en plus longtemps.

Nous devrions nous en réjouir, bien entendu, mais cela ne doit pas nous faire oublier que ces dernières années de vie vont engendrer de nouvelles prestations à prévoir. Celles de ne plus pouvoir vivre seul chez soi, quand la famille ne peut pas ou ne veut pas assumer cette charge. Ou éventuellement avoir opté pour une incorporation dans une résidence pour personnes âgées.

Mais qu’elle que soit la solution adoptée, faut-il encore pouvoir bénéficier des meilleures capacités d’accueil d’accompagnement et de soin d’un personnel  parfaitement satisfaisant. Si l’on devait occulter les inquiétantes images de maltraitance ou en sens contraire  un excès d’optimisme, on ne doit pas oublier que ce saut dans l’inconnu est bien  la création d’une nouvelle communauté humaine.

Si auparavant, les établissements gérontologiques pouvaient être considérés comme des mouroirs, des hospices, aujourd’hui la réalité de la vie en résidence pour personnes âgées ne correspond plus à cette image. Cependant, la gérontologie reste, parfois, le parent pauvre du système médico-social. Les résidents en maisons de retraite ne bénéficient pas encore d’une qualité de vie digne de ce nom.

Il existe pourtant des formations bien spécifiques dispensées par des écoles spécialisées qui forment toute la panoplie d’un personnel nécessaire pour assurer le bien-être des résidents en maisons de retraite pour personnes âgées. A titre d’information, voici une petite vidéo :

Voulez-vous découvrir le personnel d’une maison de retraite ?

Au cours d’une visite dans une maison de retraite, outre une discussion avec la direction, il serait préférable de mieux appréhender le personnel qui la compose, celle-ci constituant une véritable équipe.

Une équipe où chacun d’entre eux a bien un rôle bien spécifique et souvent généralement méconnu par le commun des mortels.

Voici un petit tour d’horizon d’une équipe des professionnels au service des personnes âgées :

  • La direction de l’établissement. Le rôle de « chef d’orchestre » est dévolu à son directeur. Il a la responsabilité de l’ensemble du personnel sous ses ordres et est le garant du bon fonctionnement de la résidence qu’il dirige. Il assure le budget, l’approvisionnement, les relations avec les familles en visite. C’est le véritable fédérateur pour renforcer la solidarité de son équipe au service des résidents et de leur famille.
  • L’équipe soignante. C’est un médecin qui a la responsabilité de l’équipe soignante. Son objectif est la prise en charge gériatrique optimale des résidents qui lui sont confiés. Il doit parfaitement déterminer les priorités des soins internes, mais également ceux pratiqués par des prestataires de soins externes à l’établissement. Il a également la responsabilité des dépenses de santé et doit assurer une formation gériatrique continue du personnel sous ses ordres.
  • L’équipe d’accueil et d’hébergement. Très souvent, les maisons de retraite ont un responsable de l’hébergement et de la vie sociale. En coordination avec le directeur, il assure la responsabilité de l’hébergement, du confort des résidents et du niveau des prestations hôtelières (chambre, linge, alimentation, animation). Cette équipe est principalement composée d’un cuisinier, d’un responsable technique veillant au bon fonctionnement des installations, d’agents des services hôteliers en charge de l’entretien des locaux, des chambres et des espaces communs. Enfin une animatrice chargée de créer une vie sociale au sein de l’établissement. Son rôle est très important pour assurer le bien-être des résidents.
  • Les intervenants extérieurs. En plus d’une équipe interne présente en permanence, il y a aussi une multitude d’intervenants externes du domaine socio-médical. Pour n’en citer que quelques-uns, il y a : les kinésithérapeutes ou physiothérapeutes, médecins généralistes ou spécialistes, psychologue, manucure, pédicure, coiffeur etc. Ou encore des ateliers d’animations (musique, peinture par exemple)

Journée d’une aide-soignante ?

Comment se déroule leur journée ? Quels sont les moments clés et comment répondre, au mieux, aux besoins des résidents d’une maison de retraite.

  • Huit heures. Si pour la plupart des résidents, c’est le bruit des charriots dans les couloirs qui annoncent le signal imminent du petit-déjeuner, pour le personnel c’est le moment d’aider les plus dépendants pour les alimenter, effectuer la toilette.
  • Vie quotidienne. C’est en fonction du degré de dépendance des résidents que le personnel devra assurer tout ce qui se passe dans une vie quotidienne, comme se changer, se déplacer, se lever, se coucher, manger, boire etc. Très proches des résidents, les aides-soignantes sont celles qui sont à l’écoute, à l’observation.
  • Quinze heures. C’est à ce moment-là, celui du repos des résidents, que l’heure est venue pour la transmission quotidienne, celle de l’état de santé des résidents. Les aides-soignantes connaissant bien les résidents sont à même de déceler des changements de comportements qui ont leur importance du point de vue médical. 
  • Dix-sept heures. C’est la répétition des différentes charges de la matinée, soit les repas et ensuite le coucher des résidents.

Pour tout savoir sur le personnel de la Résidence du 1313 Chomedeyhttp://residencepourainesalaval.wordpress.com/

Cigarette électronique et loi antitabac

Si le monde médical regarde avec bienveillance l’arrivée et le développement exponentiel du vapotage, le législateur, sans doute poussé par l’industrie du tabac, cherche à limiter son expansion, cette constatation n’est pas liée à un pays spécifique, elle est bien réelle dans tous les pays dits « développés ».

Voir l’émission Allo Docteur :

Pour les médecins, peu importe le pays ou le continent sur lequel ils exercent, la e-cigarette permet à leurs patients malades et aux fumeurs en général, de remplacer le tabac dont la combustion est nocive pour l’organisme humain, par une vapeur sans grand risque qui peut même apporter la dose de nicotine nécessaire à l’organisme dépendant. En effet, même si les analystes manquent de recul pour certifier leurs études sur le vapotage, il est évident que les produits qui entrent dans la composition du e-liquide (propylène glycol et glycérine largement utilisés dans les domaines pharmaceutique et alimentaire et arômes), n’attaquent pas le système respiratoire humain comme le font le goudron, l’arsenic, le plomb, le benzène et la nitrosamine qui se dégagent du tabac en combustion dans la cigarette traditionnelle.

Cependant, dans de nombreux pays, le législateur met en place un cadre de lois et des réglementations destinées à limiter, voire à interdire, l’utilisation de la cigarette électronique. Ainsi en France le dernier plan « anti tabac » qui vient de voir le jour à l’initiative de Marisol Touraine, ministre de la santé, se compose de mesures drastiques visant la cigarette, mais aussi d’interdits similaires visant la e-cigarette. Par exemple il devient tout aussi illégale de fumer une cigarette traditionnelle qu’une cigarette électronique dans les lieux publics tels les établissements accueillant des mineurs, les espaces clos collectifs de travail, les transports en commun, les hall de gare, etc.). De plus la publicité pour les cigarettes électroniques vient d’être limitée et il est même prévu qu’elle soit totalement et définitivement interdite, comme c’est le cas pour le tabac, à partir de mai 2016, sauf sur les lieux de vente et dans les revues professionnelles destinées au monde du tabac et du vapotage.

Le docteur Alain Rigaud, directeur du centre d’addictologie médico-psychologique de Reims, s’est récemment exprimé pour affirmer que, s’il est favorable à une hausse du prix des paquets de cigarettes pour dissuader les fumeurs et à une interdiction de fumer en présence d’enfants, dans les lieux publics, dans les bureaux et au travail, etc., il pense que la cigarette électronique « dont les risques sont mille fois moins élevés que ceux de la cigarette avec du tabac » devrait être reconnue comme « ayant un rôle à jouer dans la lutte contre le tabagisme ».

La France est loin d’être le seul pays qui impose des restrictions à l’utilisation de la cigarette électronique : l’Espagne a une politique similaire à celle de la France ; aux USA, même si la législation est différente selon les états, la vente aux mineurs est interdite ; c’est aussi le cas en Grèce, en Croatie, en Roumanie. En Italie et en Allemagne l’approche est diamétralement opposée car l’e-cigarette relève de la législation sur les médicaments et ne peut donc être mise en vente que dans les pharmacies (bien entendu on peut toujours s’en procurer sur internet, un marché pratiquement incontrôlable). En Suisse, en Belgique, au Canada, , au Québec, en Australie et dans les pays scandinaves, seule la cigarette électronique contenant de la nicotine est interdite à la vente.  Mais il existe des législations beaucoup plus drastiques comme en Argentine, au Brésil ou encore ou Mexique, où le simple fait de posséder un vapoteur est sanctionné d’une lourde amende. Enfin quelques pays, comme la Pologne, la Grande-Bretagne ou le Portugal, n’ont aucune réglementation sur la question, mis à part le fait d’en interdire la vente aux mineurs.

La cigarette électronique est encore un produit presque « inclassable » mais qui dérange visiblement et divise sur son utilisation et les conséquences de celle-ci. Pour les consommateurs, il faut avant tout choisir une boutique de cigarette électronique fiable au Québec : http://www.boutique-cigarettes-electroniques.com

Cigarette électronique

Petite révolution dans le monde du tabac, la cigarette électronique ou « e-cigarette » peut avoir la même forme, le même goût et produire les mêmes sensations qu’une cigarette normale. Cependant, ce n’est pas de la fumée mais de la vapeur qu’elle produit, et elle est inodore. Selon différentes recherches et points de vue médicaux on la dit moins nocive que la cigarette traditionnelle, et plus à même d’aider au sevrage du tabac.

Il existe plusieurs critères pour bien choisir sa cigarette électronique. Le choix de cette dernière est assez personnel car cela va dépendre du mode de vie de la personne, du nombre de quantité de cigarettes fumées par jour, de la marque fumée ou encore de la motivation à arrêter ou pas de fumer. En effet, de nombreuses personnes commencent à fumer la e-cigarette dans l’espoir que leur consommation de cigarettes traditionnelles va diminuer – ce qui est généralement le cas.

Ainsi, une personne qui à l’habitude de fumer plus d’un paquet par jour va plutôt adopter une grosse e-cigarette (on ne s’arrêtera pas sur leur design car ce sont celles qui ressemblent le moins à des cigarettes traditionnelles, due au fait qu’elles ont besoin d’une grosse batterie), qui aura ainsi une haute autonomie et permettra de concevoir beaucoup de vapeur.

Une personne qui n’est pas capable de recharger sa cigarette plusieurs fois par jour (à l’aide d’un chargeur à mettre sur une prise allume-cigare dans une voiture par exemple), prendra également ce style de e-cigarette. Dans ces cas là il est aussi intéressant d’acheter plusieurs batteries (manuelles ou automatiques) et plusieurs e-liquide.

Quelqu’un qui fume seulement quelques cigarettes par jour adoptera davantage une e-cigarette jetable ou bien plus petite que les autres.

Pour le e-liquide, le choix est assez important et personnel. Cela dépend si vous préférez qu’il y ait de la nicotine dans votre e-cigarette, ou si vous préférez un goût plus particulier (menthe fraîche, café, fruits rouge, fruits exotiques, miel…). Chaque e-liquide est également différent en termes de puissance dans la gorge et de volume de vapeur. Ainsi, ceux qui rechercheront vraiment la puissance de la nicotine comme dans une cigarette traditionnelle, se tourneront surtout vers du e-liquide mentholé ou très poivré, ou bien ceux contenant le plus de nicotine. Demandez conseils à votre boutique de cigarette électronique.

Pour les personnes qui ne veulent pas du tout de nicotine mais qui recherchent tout de même la même sensation assez forte d’une cigarette traditionnelle dans la gorge, elles peuvent prendre le e-liquide « Flash ».

Au niveau de la nicotine, le fumeur va donc pouvoir choisir lui-même la quantité qu’il veut qu’il y ait dans sa cigarette électronique. Il peut y avoir autant zéro nicotine que des doses faibles, moyennes, élevées ou très élevées. Chaque fumeur est différent et à son besoin de nicotine propre, il est donc important de faire attention au surdosage car cela peut entraîner des étourdissements, des troubles du sommeil, ou encore des maux de tête. Commencer par un dosage faible ou moyen en nicotine serait peut-être la meilleure solution, pour ensuite augmenter si vous le souhaiter.

Lorsque l’on commence la cigarette électronique on veut tout le temps « vapoter » dessus, mais faites-le doucement et avec modération, n’oubliez pas de boire beaucoup d’eau et de faire du sport.

Pour une boutique de cigarettes électroniques au Québec, visitez le http://www.boutique-cigarettes-electroniques.com/

Permis classe 1 et école de camion

Conduire un véhicule léger et un véhicule poids lourd sont deux choses très différentes tant au niveau de la technique qu’au niveau du Code de la route. Quel permis doit-on obtenir pour pouvoir conduire un camion et quelles sont les démarches à suivre ? Réponses dans cet article.

Les véhicules concernés

En matière de véhicule de type poids lourds, on a souvent la combinaison de porteurs-remorqueurs et de remorques routières d’environ 4500 kg ou plus. On retrouve également les semi-caravanes avec freins à air comprimé. Les autobus ne sont pas concernés. Ce sont globalement des tracteurs routiers ou des camions tirant une remorque ou une semi-remorque. Il est toujours équipé d’une sellette d’attelage.

Le permis de classe 1

L’obtention du permis de classe 1 permet au détenteur de conduire toutes sortes de types de véhicules : ceux des classes 1, 3, 5, 8 et 9. Le futur conducteur de poids lourds doit ainsi réunir certaines conditions. En effet, il doit avoir plus de vingt-cinq ans et posséder un permis de classe 5 depuis plus de trois ans. Les suspensions et les révocations sont à bannir et un certificat médical satisfaisant est indispensable. Les différents examens de la S.A.A.Q ou Société d’Assurance Automobile du Québec doivent être concluants. Il s’agit de l’examen de la vue attestant que la personne répond ou non aux normes de vision. Il y a aussi des examens écrits sur le fonctionnement des freins à air comprimé. Enfin, le candidat devra faire des examens pratiques de conduite routière d’un véhicule de classe 1.

Comment obtenir le permis classe 1 ?

Avec les conditions remplies citées ci-dessus, les inscriptions sont ouvertes aux candidats pour les cours de conduite camion permis classe 1. Tout d’abord, les candidats suivent des heures de cours théoriques sous la tutelle des instructeurs de l’école de camion. Certains cours se font sur place, d’autres en ligne. Il est important d’apprendre les règles de la circulation dans le Guide de la route et les techniques de conduite dans le guide « Conduire un véhicule lourd ».

S’ils réussissent les examens, ils obtiennent le permis d’apprenti conducteur. Après les théories, les candidats sont conviés à l’observation. Le moniteur exécute et explique les vérifications du véhicule avant le départ. Les apprentis seront alors amenés à reproduire la même démarche. C’est après que le gros du travail débute. Les candidats se mettent derrière l’imposant volant du véhicule. Pour plus de confiance, ils passent des heures à conduire sur l’autoroute et en ville. L’examen final de la S.A.A.Q les attend par la suite.

Mentions F ou mention M ?

Chacune de ces mentions est spécifique à un véhicule lourd. La mention F désigne un véhicule équipé d’un système de freinage pneumatique. Pour l’avoir, il vous faut réussir l’examen théorique relatif à cette dernière. Il est également nécessaire de vous présenter à l’examen pratique et de le réussir avec ce type de véhicule. La mention M désigne ceux qui sont munis d’une transmission manuelle. Pour l’obtenir, la démarche est sensiblement la même.

Les procédures à suivre pour l’obtention du permis de classe 1 sont longues et minutieuses. Ceci dit, cela permet de garantir une sécurité routière optimale. Les conditions sont également strictes. Cependant, sans cela, les missions du conducteur de poids lourds ne peuvent espérer arriver à leur terme.

Trouvez une école de camion fiable icihttp://www.permisclasse1.com

Facebook: plateforme collaborative pour entreprises

Il n’est pas concevable de nos jours, au-delà d’un effet de mode, de ne pas être présent sur Facebook. C’est une quasi nécessité pour de nombreuses marques et entreprises.

Mais au-delà de ce constat « Être sur Facebook « pour être vu et profiter de son audience phénoménale, la question se pose comment y aller et surtout quels bénéfices allons-nous en retirer.

Voilà des décennies qu’on nous rabâche de nous convertir à la “social media mania” des réseaux sociaux indispensable pour communiquer et trouver de nouveaux clients.

Facebook est devenue parmi les sites sociaux, la plateforme incontournable, l’eldorado pour les grandes marques de l’utiliser pour promouvoir leurs produits, via les fan-pages. Il n’est pas nécessaire d’être une multinationale pour avoir sa page Facebook ! Leur création est gratuite et même les PME et les particuliers peuvent communiquer sur Facebook.

Aujourd’hui Facebook a dépassé les 500 millions de membres, soit l’équivalent de la population de la Communauté Européenne.

En France, 19 millions de personnes ont leur page Facebook, soit près d’un internaute sur deux, inscrits sur ce réseau. Il serait même prouvé qu’il serait le site le plus visité, dépassant ainsi le moteur de recherche Google.

Faut-il encore bien déterminer les principales raisons d’être présent sur Facebook. En voici quelques-unes :

  • Créer votre visibilité. L’idéal pour débuter sa présence sur le web. Des services de création de page Facebook professionnelle existent et sont peu dispendieux.
  • Améliorer votre référencement. Une présence régulière ne pourra qu’améliorer votre page dans les moteurs de recherche.
  • Améliorer vos ventes. Vous pourrez toucher une plus large audience, trouver de nouveaux clients, réaliser des ventes en ligne.
  • Effectuer votre veille. Au moyen d’un sondage sur les conversations et les groupes, vous saurez ce qui se dit sur vous, vos marques, vos concurrents.
  • Affiner votre stratégie. Un moyen simple de réaliser des sondages d’opinion, des mini-enquêtes afin de mieux cibler votre activité.
  • Collaborer avec vos utilisateurs. Soit récolter leurs avis, leurs suggestions ou même échanger des projets.
  • Maîtriser votre communication. Et pour cela, créer vous-même votre groupe afin de mieux gérer votre image.
  • Imposer votre expertise. En intervenant dans des groupes Facebook liés à votre activité.
  • Améliorer votre relation client. C’est être à l’écoute directe de vos clients, accepter leurs critiques qui donnera de vous une image ouverte et transparente.
  • Contrôler vos situations de crise. Personne n’est jamais à l’abri d’un « bad buzz «, de rumeurs négatives qui risquent de se propager sur la toile à une vitesse fulgurante. Facebook vous permettra de réagir plus rapidement et de communiquer à la source de cette attaque à votre encontre.
  • Fédérer votre communauté. L’animation d’un espace d’échange et de partage d’informations fidélisera davantage vos utilisateurs. Vous gagnerez en popularité et vos clients seront fiers d’appartenir à votre “tribu”.
  • Impliquer vos collaborateurs. Comme ils sont nombreux à utiliser eux aussi Facebook, de les mettre en contact avec vos clients va les responsabiliser et les valoriser.

La création d’une page Facebook doit répondre à plusieurs objectifs. Les objectifs les plus courants seraient :

  • De recruter sur Facebook. Au moyen d’une page entièrement dédiée au RH (Ressources humaines) qui peut constituer un important carrefour de recrutement. Il faut pourtant savoir que Facebook n’est pas orienté vers les relations professionnelles, alors que LinkedIn ou Viadeo sont les plus recommandés.
  • De faire de la publicité. Par la diffusion d’informations sur votre activité, sur les produits que vous voulez vendre. L’idéal est parfois de créer deux pages, l’une commerciale et l’autre institutionnelle.
  • De savoir diffuser des informations. C’est-à-dire de l’animer régulièrement, proposer du contenu aux membres de votre page, vos fans. D’écrire des articles de publier des liens vers vos sites.

Et s’il fallait résumer l’intégralité des recommandations ci-dessus indiquées, on pourrait écrire qu’il est préférable de faire partie de la catégorie des web entrepreneurs que dans celle des has been. Pour avoir accès à des formations Facebook: http://www.formationsfacebook.com

Méthode pour roulette en ligne

Avec la crise, les casinos français peinent à trouver des clients. Suite à ce constat, l’Etat a finalement accepté d’offrir à ceux-ci quelques contreparties, principalement pour faire revenir les clients dans les casinos. Pour ne citer que quelques-unes de celles-ci, les casinos peuvent maintenant aménager les horaires d’ouverture de leurs différentes tables, de manière à pouvoir mieux gérer les gains et empêcher quelques mauvaises surprises.

Les jeux comme la roulette, le baccarat, le poker ou encore le blackjack sont concernés. L’Etat a aussi accepté que les casinos enrichissent leur offre en terme de nombre de jeux. Ainsi, certains nouveaux jeux ont fait leur apparition. Parmi eux, le jeu de bataille (Casino War en anglais), qui peine à trouver son public, mais surtout la roulette électronique, qui a très rapidement attiré beaucoup de monde, de telle façon que les casinos s’y intéresse maintenant beaucoup.

Mais avant tout, qu’est ce que la roulette électronique?

Tout d’abord, une roulette en ligne est une roulette, moins humaine certes, mais toujours une roulette. Elle n’a besoin d’aucun croupier pour la faire fonctionner, puisque le fonctionnement est entièrement automatisé. La roulette est située sous une cloche de verre au milieu de la table. Comme dans les roulettes traditionnelles, le nombre de joueurs autour de la table peut varier. Cependant, ce qui change c’est que chaque joueur possède un petit écran tactile, qu’il utilise pour placer ses mises. Les annonces des résultats comme le traditionnel “Faites vos jeux” ne sont plus prononcés par le croupier mais par une voix préenregistrée. La question du hasard se pose alors : comment est-il recréé ? En fait, un logiciel informatique va permettre de varier l’intensité du souffle servant à propulser la balle, ce qui permettra à cette dernière de ne jamais tourner à la même vitesse. Aucun moyen de tricher donc.

Pourquoi intéresse-t-elle les joueurs à ce point ?

À première vue, on remarque le manque de chaleur de la roulette électronique.  Comparée à une roulette traditionnelle, le jeu est beaucoup moins humain, les joueurs isolés. Cependant, la roulette électronique a séduit un grand nombre de personnes. La principale raison est que les joueurs occasionnels, qui représentent la majorité des joueurs dans un casino, préfèrent cette roulette car elle leur permet de prendre la partie en cours mais aussi de la quitter à tout moment, et ce sans avoir à affronter les regards des autres joueurs et du croupier. Les joueurs débutants n’étant pas très à l’aise devant un public, ils privilégient la roulette électronique pour son côté anonyme, leur permettant d’être sur que personne de portera de jugement sur leur jeu.

Vous l’avez vu, la roulette électronique a de beaux jours devant elle. Les plus grands casinos français l’ont adopté, du groupe Partouche aux casinos Barrière. Ne tardez surtout pas à l’essayer si vous avez peur des jugements concernant votre jeu, une machine ne juge pas !

Vuus pouvez aussi vous entraîner grâce à des méthodes de roulette en ligne. Voir le site de roulette http://methodepourroulette.com ou une illustration en vidéo ci-dessous:

La cigarette électronique : amie ou ennemie de la lutte anti-tabac ?

Le recours à la cigarette électronique est en pleine progression chez les 13 millions de fumeurs que compte la France. On estime que 1,5 million de Français ont déjà essayé cette alternative au tabac, ce qui se traduit par un impact sensible sur les ventes de tabac et de traitements d’aide à l’arrêt du tabac, comme les patchs ou la gomme à mâcher.

Le Haut Conseil de la santé publique (HCSP) a rendu public, le mercredi 28 mai, un avis très attendu sur la pratique du « vapotage », c’est à dire l’action de consommer de la nicotine grâce à une cigarette électronique.

Le Conseil a ainsi admis que la e-cigarette est une véritable alternative au tabac. À ce titre, elle peut être considérée comme un outil efficace pour un fumeur qui souhaite réduire sa consommation de cigarette classique. Cette pratique expose moins l’individu à des substances dangereuses comme les goudrons et les autres produits toxiques présents dans le tabac. D’un avis unanime, la cigarette électronique présente des risques moins grands que le tabac qui tue environ 75 000 personnes chaque année en France.

Pour le moment, rien ne prouve que la cigarette électronique conduit à l’arrêt du tabac. En effet, la majorité des « vapoteurs » utilisent alternativement la cigarette classique et la cigarette électronique. Dans ce cas, l’impact sur la morbidité de cette nouvelle solution est faible. On comprend que le HCSP se montre très prudent sur le sujet, tandis que l’Association indépendante des utilisateurs de la cigarette électronique déclare à l’inverse que 75 % des membres de son forum en ligne envisagent d’arrêter définitivement le tabac. De nombreux sondages viennent étayer les témoignages en faveur de la pratique du vapotage.

A contrario, le HCSP met en garde sur l’utilisation de la cigarette électronique comme porte d’entrée vers le tabagisme. Il y aurait en effet un risque de normalisation de la consommation de nicotine via une pratique en apparence moins violente pour l’organisme. De fait, l’industrie du tabac étudie en profondeur les intérêts commerciaux liés à au nouvel usage qu’est le vapotage et se positionne déjà sur ce produit.

Le HCSP préconise, entre autres, d’observer périodiquement les modes de consommation et de sevrage pour éviter que la pratique du tabagisme n’évolue plutôt qu’elle ne disparaisse. Il invite ainsi à proscrire l’usage de la cigarette électronique dans les établissements publics, et à inscrire l’interdiction du vapotage dans leur règlement intérieur. Le ministère de la santé, sous l’impulsion de la ministre Marisol Touraine,  va prochainement établir un cadre réglementaire en termes de publicité, de taxation, de restrictions de vente aux mineurs, etc. À New York, depuis le 29 avril, la cigarette électronique est bannie des lieux publics, restaurants, parcs, à l’instar des cigarettes et du tabac. Le mercredi 30 avril, Marisol Touraine, s’est dite favorable à l’interdiction de la cigarette électronique dans « certains lieux publics » en France.

On le voit, entre outil permettant de réduire les risques pour la santé ou porte d’entrée vers la tabagisme, le débat sur la cigarette électronique n’est pas encore tranché.

Pour vous procurer des cigarettes électroniques, du e-liquides et ou des conseils au Québec visitez http://www.boutique-cigarettes-electroniques.com

Permis classe 5 (Permis de conduire automobile)

Accidents de la route: Soyez prudents les jeunes!

Les jeunes sont la catégorie de la population la plus touchée par les accidents de la route. Les facteurs généralement avancés sont nombreux. Ainsi, certains déplorent leur mode de vie excessif, qui les conduit à rentrer d’une sortie en boîte éméchés à une heure avancée. Bien que la conduite avec un taux d’alcool supérieur à 0,5 par litre de sang soit interdite, de nombreux jeunes bravent cet interdit, par inconscience ou plus simplement parce qu’ils ne sont pas informés de cette loi. D’un autre côté, certains jugent que les jeunes conducteurs manquent cruellement d’expérience. Alors que d’autres pays européens ont un permis de conduire classe 5 s’étalant sur plusieurs mois, les Français se retrouvent sur la circulation dès 18 ans. Le manque d’expérience est donc un facteur important: est-on assez mature pour conduire prudemment à 18 ans ? Ne risque-t-on pas de se laisser griser par la vitesse, se sentant surpuissant, jusqu’au moment où on frappe un poids lourd ?

Les chiffres sont éloquents: les 18-24 ans représentent 9% de la population, et constituent 20,6% des tués et 20,4% des blessés sur la route. Des télévisions comme France 4 ont décidé de lancer des programmes de sensibilisation, comme “Permis de conduire, l’expérience inédite”.

Ce programme tente de répondre à une interrogation: comment sensibiliser les jeunes aux dangers de la conduite ? Les premiers avertissements ont lieu au collège, avec l’obligation pour tous les collégiens de passer des examens de sécurité routière, qui s’avèrent malheureusement insuffisants. Des conférences sur la sécurité routière sont aussi mises en place. Malgré ces avertissements, force est de constater que les jeunes conduisent mal, en particulier parce qu’ils ne conduisent pas à des moments habituels. Ainsi, la moitié des décès impliquant des jeunes se sont produits la nuit. Les accidents ont souvent lieu en rase campagne, le weekend, et fait plus surprenant sans l’implication d’un autre véhicule. Certains répondront à ce problème en soulignant la surconsommation d’alcool chez les jeunes. C’est oublier que si les jeunes représentent 25% des victimes dans les accidents mettant en cause une présence d’alcool, ce dernier cas ne concerne qu’une minorité de jeunes. C’est pourquoi France 4 a décidé de lancer le programme “Permis de conduire, expérience inédite”. Fait original, il nous invitera à suivre le parcours et le comportement de 8 jeunes conducteurs. En plus de sensibiliser les jeunes, cela va permettre à un bon nombre d’entre nous de réviser le code de la route, qui est en constante évolution et dont nous avons la fâcheuse habitude d’oublier les bases.

La spécificité du programme tient dans le fait que les jeunes ne savent pas qu’on filme leur conduite. Ils pensent qu’on réalise un reportage sur leur nouvelle vie d’adulte, sans savoir que les images filmées par la caméra embarquée seront analysées par un professionnel de la route. Nous pourrons alors voir si la réalité du comportement des jeunes au volant correspond à ce qu’ils pensent.

Ne ratez surtout pas cette émission, diffusée le mardi à 20h45. Elle vous permettra de devenir un meilleur conducteur.

Si vous cherchez une école de conduite au Québec pour votre permis automobile visitez http://www.ecolelauzon.ca/cours-conduite-classe-5-id111.php

Le Blanchiment des dents

Julia Roberts, Cameron Diaz, Georges Clooney etc… Tous, ont un point commun : leur sourire blanc et éclatant.

Pourquoi ces sourires parfaits sont-ils si prisés par les stars ? La réponse est simple, leur sourire constitue leur vitrine, mais cela concerne également les personnes comme vous et moi.

En effet quoi de mieux que d’afficher un sourire extraordinairement blanc lorsque l’on est vendeur de prêt à porter ou hôtesse d’accueil ?

Malheureusement la blancheur des dents a sa part de génétique : certains ont des dents blanches naturellement alors que d’autres affichent des sourires jaunes, grisâtres sans pour autant abuser de la
cigarette ou d’aliments et boissons dites « tachantes ».

La solution : le blanchiment des dents, à condition d’avoir à la base des dents saines sous peine de risquer des infections gênantes.

Contactez un dentiste pour plus d’informations au http://www.souriredereve.com

Qu’est ce que le blanchiment des dents?

Le blanchiment des dents réside dans le fait d’éclaircir la couche externe de la dent que l’on appelle l’émail. Celui ci est composé de matière minérale. Selon notre génétique, nos habitudes alimentaires
et le temps qui passe, ce minéral est résistant ou au contraire fragilisé et poreux.

Dans ce dernier cas les dents risquent alors de perdre leur blancheur initiale et de se colorer de manière jaunâtre ou grisâtre.

POur avoir une définition complète du blanchiment des dents cliquez ici.

Plusieurs méthodes existent :

  • le blanchiment au sein d’un cabinet dentaire.
    Le dentiste après avoir réalisé un examen bucco-dentaire fabrique une gouttière adapté à la mâchoire du patient afin d’accueillir un gel de blanchiment concentré. Cela dure de 20  à 90 minutes suivant les dents.
    Le dentiste peut également utiliser une lampe à haute énergie ou à laser pour accélérer le processus. Le prix reste élevé mais le résultat est durable. 
  • Les bars à sourire.
    Les bars à sourire sont des établissements permettant avec ou sans rendez vous d’avoir des dents blanches néanmoins la durée reste limitée dans le temps. Il faut donc renouveler assez souvent le processus c’est à dire tous les 6 mois ce qui au final exige un budget plus conséquent. De plus il est extrêmement important de vérifier si l’établissement applique bien les normes car de nombreux bars à sourire sont frauduleux.
  • À la maison.
    Il existe: les gouttières jetables, les bandes transparentes autocollantes,  le gel avec pinceau et le dentifrice blanchissant.

Il est tout de même fortement conseillé de faire appel à un dentiste professionnel pour avoir des résultats efficaces, comme le montre le témoignage ci-dessous:

Ou visitez la page suivante pour en apprendre plus sur le blanchiment des dents http://www.souriredereve.com/blanchiment-des-dents-zoom-id29.php